Cela s’est passé un 23 novembre

Le 23 novembre 1407. Jean sans Peur fait assassiner Louis d’Orléans et plonge la France dans une guerre civile.

Assassinat_louis_orleans
Assassinat du duc Louis d’Orléans. Enluminure du Maître de la Chronique d’Angleterre, vers 1470 ?-1480 ?

Jusque dans les années 1390, le conseil royal est présidé par la reine Isabeau de Bavière. Il est dominé par Philippe le Hardi, oncle du roi de France. Très puissant, il contrôle la Bourgogne, le comté de Nevers, les Flandres et l’Artois. Mourant d’une vilaine grippe en 1407, son fils Jean sans Peur entre à son tour au conseil du roi. Mais il n’a qu’y a que peu d’influence comparé à son paternel.

C’est Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI qui domine le conseil. Il  réduit de trois quarts les dons royaux au duc de Bourgogne, ce qui contraint Jean sans Peur à lever des impôts, risquant de provoquer des révoltes.

Jaloux de pouvoir, Jean sans Peur décide d’éliminer son rival. Le 23 novembre 1407, Louis d’Orléans rend visite à sa belle-sœur, la reine Isabeau, qui vient d’accoucher d’un enfant mort-né. Vers 20 heures, un messager informe Louis que Charles VI veut le voir prestement. Accompagné d’une dizaine d’hommes, Louis d’Orléans est assailli par une quinzaine d’individus masqués, menés par Raoulet d’Anquetonville, homme de main de Jean sans Peur.

Frappé par une hache ainsi que des maillets à pointe, Louis d’Orléans décède. Jean sans Peur revendique haut et fort l’attentat et prétend qu’on devrait l’en récompenser. La réconciliation sont impossibles entre la famille d’Orléans et la famille de Bourgogne. Charles, le fils de Louis d’Orléans, époux de la fille de Bertrand d’Armagnac, forme le clan des Armagnacs contre les Bourguignons. Le pays sombre dans une guerre civile qui dure de 1407 à 1435.

Cela s’est passé un 21 novembre.

Le 21 novembre 1831. Les canuts lyonnais se révoltent contre la baisse de leurs salaires et ce qu’ils dénoncent comme une alliance du gouvernement et du patronat.

canut

A l’automne 1831, les canuts de Lyon, qui tissent la soie brute, protestent contre une baisse de leurs salaires imposée par des négociants-banquiers, les « soyeux », qui leur fournissent la matière et récupèrent le tissu fini. Le préfet donne raison aux canuts et fixe un prix de vente qui leur est favorable.

Mais les riches négociants interviennent auprès du président du Conseil Casimir-Perier qui annule la décision du préfet. Les canuts y voient une alliance du gouvernement et du patronat. Ils manifestent le 21 novembre et le mouvement se transforme en insurrection sociale. En quelques jours, Lyon est aux mains des canuts et des ouvriers de la ville qui les rejoignent.

Nicolas_Jean_de_Dieu_Soult

Le maréchal Soult, ministre de la Guerre, prend la tête d’une armée de 20000 hommes qui rentre dans la ville sans combat car les ouvriers ont déjà repris le travail.

Le gouvernement pense que le calme est définitivement revenu, mais en avril 1834, une nouvelle insurrection s’empare de Lyon. Cette fois, les combats avec l’armée sont violents et font 600 victimes. 10000 insurgés sont faits prisonniers, jugés et condamnés à la déportation ou à la prison. La contestation n’est étouffée qu’en apparence, car le mouvement fait naître les grands mouvements sociaux du XIXème siècle industriel…